Marcos Garau




Bonjour Marcos, est-ce que vous pourriez vous présenter ? 

Je m'appelle Marcos, né au Vénézuéla en 1996, le tatouage est devenu mon quotidien. Avec plusieurs artistes nous nous sommes associés pour penser un studio de design et de tatouage à Paris : Rayon Noir.


Quelle est votre pratique et depuis quand y travaillez-vous ?

Mon projet principal est le tatouage, depuis septembre 2020, c’est un médium intéressant d’autant plus que le corps est une source d’inspiration alors pouvoir le marquer de mes dessins est un plaisir.


Comment êtes-vous arrivé là ?

Tout d'abord le dessin a été une base pour tout ce que j'ai pu faire, du collège au lycée dans ma chambre puis à Bordeaux dans une école de design infographie. Suite à ces 3 années d'étude j'ai eu la chance d'intégrer le studio de design global Hekla, mon professeur de typographie m'a proposé d'y faire mon stage qui s'est prolongé jusqu'à ce qu'ils me proposent de faire partie de leur équipe. Suite à cette expérience l'envie de prendre mon indépendance a pris le dessus et je me suis retrouvé à mon compte, je vivais de mes créations. Mes anciens collègues m'avaient transmis leur passion pour le tatouage et quelques mois après une opportunité d'apprentissage sur Paris m'a emmené à déménager, Rayon Noir est né, un studio de tatouage et de design.

Quels sont les médiums que vous utilisez ? 

La palette est très large, je dirais tout ce qui permet de m'exprimer. Pour ce qui est des principaux c'est d'abord le dessin / crayons de papier puis la suite Adobe.


Qu'est-ce qui définit votre travail ?

Si je devais définir mon univers ce serait « poético-surréaliste » avec une petite touche de noir. Les sujets mélancoliques me plaisent énormément.



Travaillez-vous sur d'autres projets extérieurs ?

Il m'arrive de collaborer avec le studio Hekla sur certains projets d'architecture, dernièrement avec L'Obs ou des agences de communication.


Une création pour nous faire rentrer dans votre univers ?

La série "Regards noirs", ces yeux sont maintenant devenus une "identité" dans ma pratique du tatouage, ils peuvent s'adapter à tout type d'émotions ou de messages, un regard est un langage à part entière.



Pouvez-vous nous parler de votre processus de création ?

Je marche beaucoup à l'impulsion, une image va me traverser l'esprit, un carnet est jamais trop loin pour noter l'idée puis la réalisation se fera dans la foulée ou parfois plusieurs mois après.


Quelles sont vos sources d'inspiration? Comment arrivez-vous à rester créatif ?

Mon inspiration vient principalement du corps humain sous tous ses aspects. Le langage qui en résulte est d’une complexité et d’une richesse infinie, les émotions, les mouvements, les courbes.



Quels sont vos futurs projets ?

Avoir un lieu, un atelier où je pourrais expérimenter à une toute autre échelle que ce soit le dessin, la peinture ou la sculpture. Mon carnet de croquis ne demande que ça.


Selon vous quel rôle est celui d'un artiste (designer ou artisan) dans le monde d’aujourd’hui ?

Transmettre, provoquer des sensations, des émotions ou encore questionner, explorer, l'art est un outil puissant pour communiquer et partager, c'est un lien intime entre l'artiste et le spectateur.


De quoi vous ne pourriez plus vous passer ?

Le dessin, c'est devenu un besoin.


Ton Artiste (ou designer / artisan) préféré ?

John William Godward pour la beauté de ses portraits.


Un livre ou une émission à nous conseiller ?

Éloge de la main d'Henri Focillon / Les mains parlent et cet essai le prouve d'une manière très poétique.

Un compte Instagram qui vous inspire ?

@ignant pour une sélection architecture / design / graphisme à mon goût.

Une destination rêvée ?

Le Japon, une culture passionnante et inspirante.



13/04/2021



195 vues

Posts récents

Voir tout